ECOLE HOTELIERE_1_AR_0903

L’École Hôtelière d’Avignon fédère ses anciens

5 000 à 6 000 élèves sont sortis de École Hôtelière d’Avignon depuis sa création en 1968. Mais rien pour les fédérer. D’où cette idée de Christian Etienne : « Je regrettai qu’il n’y ait pas de transmission entre les différentes promotions. Il fallait tisser une toile d’araignée pour réunir les anciens. »

Alors comment faire ? Une adresse mail a été dédiée : alumnieha@vaucluse.cci.fr. « Nous avons récupéré 2 500 adresses mails et nous pouvons remonter aux promotions 2010. Pour les données informatiques de 1997 à 2010, nous mettons en place un logiciel qui va permettre de récupérer les contacts. Et puis il y a aujourd’hui les réseaux sociaux. Nous allons diffuser massivement l’information pour qu’elle fasse boule de neige », souligne Lionel Nunez, coordinateur pédagogique en charge du projet de structuration du réseau des anciens élèves. « Nous voulons montrer la réussite des anciens et l’ouverture du champ des possibles », précise Dominique Bonelli, directeur de l’École Hôtelière d’Avignon. Car l’école forme des cuisiniers, serveurs, sommeliers, barmans, pâtissiers de restaurant, gouvernantes, réceptionnistes et les managers d’établissements d’hôtellerie-restauration. Chaque année sort une promotion de 300 personnes.

Des parcours hors du commun

Parmi eux, certains noms sont bien connus :  Christophe Tassan (photo ci-dessus), Guilhem Sevin, Mathieu Desmarest, Flora Mikula, Jérôme Laurent, Coline Faulquier, Coline Christiansen, Justine Imbert, Robert Brunel, Maxime Chenet, Pascal Ferraud et bien d’autres.

Retour sur quelques parcours exceptionnels. Christophe Tassan raconte son parcours après l’école hôtelière d’Avignon : « J’ai continué avec des périodes alternatives en entreprise et en enseignement. Je suis passé par l’Université du vin du Château de Suze-la-Rousse où j’ai complété ma spécialisation dans le vin. J’ai ensuite fait des concours de sommellerie pour essayer de me situer au niveau professionnel. Tout en travaillant dans le restaurant familial « Les Domaines », concept de brasserie bar à vins situé sur la place de l’horloge à Avignon. Je suis parti aux États-Unis en 2005 suite à la vente de l’entreprise familiale. Mon parcours a commencé à Philadelphie chez le chef français Georges Perrier, puis je suis parti rejoindre une des équipes du chef Alain Ducasse à Las Vegas. Je travaille maintenant à San Francisco où je gère le programme des vins du club The Battery. Je supervise également la production de vin du domaine en Sonoma du propriétaire de The Battery. ». Le parcours de Mathieu Desmarest fait lui aussi rêver : « Lors de mon passage à l’école hôtelière d’Avignon, j’ai remporté le titre de meilleur apprenti cuisinier de France. J’ai intégré ensuite l’auberge du Pont de Collonges de Paul Bocuse aux Collonges-au-Mont-d’Or pendant trois ans. Je suis ensuite parti sur Paris au Pré Catelan, deux ans, puis au Palais de l’Élysée. Aujourd’hui je suis chef à l’Hôtel d’Europe à Avignon où j’avais fait mon apprentissage. »

Aurélie Stagnetto a un tout autre parcours : « A ma sortie de l’école, j’ai poursuivi en brevet professionnel de sommellerie à Béziers. Une formation qui m’a permis de continuer à travailler dans le milieu des étoiles. J’ai eu la chance de faire mon alternance à l’Hôtel de la Cité à Carcassonne avec Georges Gracia et Cécile Mace, qui m’ont énormément apporté. Je suis ensuite passée par Le Petit-Nice Passédat et j’ai rejoint le groupe Gordon Ramsay à Londres. A seulement 25 ans, j’ai eu la chance de décrocher un poste de chef sommelier d’un étoilé du centre de Londres. En 2015-2016, petit retour en France, pour une saison d’hiver à Courchevel en tant que sommelier privé/majordome dans un chalet de luxe privé et une saison d’été dans les maisons Baumanière en tant que chef sommelier de la Cabro d’Or. De retour au Royaume-Uni fin 2016, j’ai pris un poste de recruteur pour restaurants et hôtels haut de gamme (Étoilés, Relais & Châteaux, Hôtel 4 et 5 étoiles, restaurants gastronomiques). »

Un réseau, deux étapes

« Nous allons procéder en deux étapes. La première est la collecte des données et la mise en place d’un portail web qui sera une sorte de Linked In interne où chacun pourra actualiser son parcours. La seconde étape est l’animation du réseau. On pourra y diffuser des offres d’emploi, des formations et plein d’autres renseignements », reprend Dominique Bonelli. La première étape pourrait voir le jour avant l’été. La seconde débutera dès le 14 mai avec un événement festif : un repas des anciens.

Large approbation

Les anciens élèves contactés ont largement approuvé cette constitution d’un réseau des anciens de l’école hôtelière d’Avignon. « La restauration est une grande famille. Nous avons pu le constater lors de la mobilisation après la disparition du chef Paul Bocuse. Créer un réseau d’anciens élèves est un très bon moyen de garder active une communication entre professionnels et essayer de motiver les jeunes générations à grandir dans ces nobles métiers de la restauration », affirme Christophe Tassan. Et Aurélie Stagnetto de conclure : « Je pense qu’un réseau d’anciens élèves pourrait professionnellement m’apporter de nouveaux contacts et cela me mettrait en relation avec des candidats potentiels dans le cadre de mon poste de recruteur pour restaurants et hôtels haut de gamme. »

C’est important de montrer aux nouvelles générations qu’elles peuvent y arriver et qu’elles peuvent accomplir de belles choses. Mathieu Desmarest